Catégorie : Matelassage/ Piqué libre

Matelassage libre sur patchwork moderne

Pas mal d’entre vous ont réclamé des sujets traitant du matelassage libre. Je profite donc de l’occasion pour partager avec vous mon piqué libre (ou FMQ) sur mon quilt moderne que je vous avait déjà présenté. J’ai réalisé ce quilt bien avant d’être enceinte, donc ça fait déjà un petit moment.

Il est vrai que faire du matelassage sur un grand projet peu être intimidant. J’ai pris le courage de me lancer dans ce projet après avoir fait un petit défi d’une semaine. Il s’agissait de faire au moins 10 minutes par jour de piqué libre sur sa machine. Peu importe le résultat, mais cela devait être 10 minutes par jour. Ces 10 minutes paraissent peu mais elles permettent de libérer le geste. Et donc, de se sentir plus à l’aise. Je vous conseille vivement de faire quelques minutes d’entrainement par jour avant de vous lancer dans un grand projet. Peut être vais-je organiser un petit défi similaire dans le blog si ça vous intéresse car j’ai bien envie de refaire un projet avec du matelassage libre.

Dans cet article, je vais vous présenter les différentes étapes, les outils nécessaires au matelassage libre et vous montrer mes inspirations pour créer des motifs.

Les étapes

1. Préparation du « quilt sandwich » avec des épingles à nourrices

Il est essentiel d’avoir un quilt sandwich avec une bonne tenue car le quilt va être bougé dans tous les sens pour réaliser vos motifs. Ne soyez donc pas timides avec les épingles à nourrices, il faut en mettre pas mal.

quilt-sandwich-patchwork

2. Préparation au matelassage

Pour encore plus de sûreté, j’ai décidé de créer des lignes de matelassage de « fondation ». Ces lignes ne font pas partie du matelassage libre (elles sont créées grâce au pied à double entrainement) et seront invisibles. Elles permettent simplement de maintenir d’avantage les 3 épaisseurs du quilt sandwich entre elles. Si votre quilt le permet (mon design de « brique » s’y prêtait particulièrement bien), je vous conseille également de faire ces lignes de fondation.

comment-quilter

3. Inspiration

Pour mon quilt brique, j’ai choisi de créer un motif différent dans chaque brique. J’avais plus de 60 motifs différents à créer. Je me suis tout d’abord entrainée sur du papier (en taille réelle). Et ceci pour deux buts principaux: explorer les possibilités de motifs et m’entrainer au geste. Tous les spécialistes de matelassage libre vous le diront : le plus difficile dans le piqué libre est de savoir où l’on va (vers quelle direction déplacer ses mains). Je me suis tout d’abord inspirée de motifs présents dans les livres d’Angela Walters (Free motion quilting with Angela Walters) et de Christiana Cameli (First steps to free motion quilting). Puis peu à peu, j’ai gagné en confiance pour créer mes propres motifs.

quilting-organisation-couture

Les outils nécessaires

On commence par changer de pied sur sa machine et on monte un pied à broder. Pour le piqué libre, le risque est assez grand que votre fil se casse. Ayant eu ce problème à plusieurs reprises, j’ai changé d’aiguille et je ne mets plus que des aiguilles dit « quilting » (de chez Janome) pour le matelassage libre. Je n’ai plus jamais eu un fil cassé avec ces nouvelles aiguilles.

J’ai choisi de changer de couleur sur chaque brique, il me fallait donc 5 couleurs différentes de fil. N’oubliez pas de préparer des bobines à l’avance, c’est bien plus sympa lorsque l’on est soudainement à court de fil. Puisque j’ai choisi de remplir chaque brique avec des motifs différents, il fallait « enterrer » chaque début et fin de fil. Pour cela, la pince à épiler a été un outil très pratique.

Pour permettre une meilleure prise en main du quilt sandwich, je préfère utiliser des gants de quilting. Ces gants permettent d’avoir plus de contrôle sur le tissu et de moins solliciter la force de vos bras et épaules. Vous verrez qu’avec des séances de plusieurs heures de quilting, il peut y avoir des tensions importantes dans les bras et les épaules. Mieux vaut utiliser des gants.

Un petit coupe fil et un découd vite sont également deux outils indispensables. Ayez vos dessins d’inspiration à portée de main pour pouvoir y faire référence à tout moment. Pour rendre l’exercice plus facile, essayez de faire le dessin mentalement dans votre tête avant de vous lancer avec votre machine. Les derniers outils non nécessaires mais astucieux : une petite boite pour mettre les épingles à nourice au fur et à mesure que vous les enlevez. Ainsi qu’un portable pour partager vos effort sur Instagram. Cela peu paraitre bête, mais c’est vraiment encourageant d’avoir une communauté qui suit vos avancées et vous encourage.

outils pour matelassage libre

Les motifs

Voilà, vous en savez un peu plus sur la préparation et les outils pour le matelassage libre. Maintenant, je vais vous montrer quelques motifs. Il suffit parfois de peu. On peut tout à fait suivre les motifs du tissu pour les souligner et leurs donner du volume. Mais on peut également s’amuser à créer des formes et des motifs particuliers. L’important est de s’amuser. Angela Walters vous le répétera sans cesse: ne cherchez pas la perfection! Il est tout à fait normal d’avoir quelque couacs, surtout au début. Alors continuez à pratiquer et à vous amuser!

matelassage motif

quilting-motif-arc

quilting-patchwork-feuille

quilting-puzzlematelassage bulesquilting-motif-fleurquilting-motif-coeurPersonnellement, ça me donne vraiment envie de refaire un projet de la sorte cette année. Je ferrais bien un petit défi d’entrainement avant de me lancer dans un grand projet comme celui la. Je vous tiendrai au courant.

Patchwork facile: matelassage simple

Je vous ai présenté dans l’article « Patchwork facile: le quilt doré de Laura » le quilt que je prévoyais pour ma petite puce. Je vais vous raconter aujourd’hui l’étape du matelassage.

Préparation

Une fois que le quilt top est achevé, il faut ensuite coudre le molleton et le tissu arrière ensemble. Pour ce faire, je n’avais pas de molleton à la taille nécessaire. Qu’à cela ne tienne, j’ai joint deux morceaux de molleton ensemble. Vous pouvez vous  aussi joindre deux molletons (à condition que ce soit deux molletons identiques). Surtout ne superposez pas les molletons l’un sur l’autre mais disposez les cote à cote et joignez les grâce à un grand point de zigzag. L’utilisation du pied à double entrainement facilite grandement la tâche.

joindre le moleton

La deuxième étape de préparation est bien entendu d’ajouter une ribambelle d’épingles à nourrice afin que les différentes épaisseurs ne bougent pas lors du quilting. Cette étape se nomme ‘basting » en anglais. Je ne connais pas le terme français, par contre.

Quilting/ Matelassage

Pour un quilt simple, j’ai décidé de faire également un quilting simple. Je voulais suivre les carrés du quilt et faire une couture de part et d’autre. Je savais que j’allais coudre à quelques inches de chaque carré, j’ai ainsi pu mettre les épingles à nourrice au centre de chaque carré pour qu’elles ne me gênent pas lors de l’étape de matelassage.

matelassage simple

Encore une fois, cette étape est très facile à réaliser avec un pied double entrainement. Si vous n’avez pas encore ce pied, je vous conseille d’investir, ça vaut vraiment le coup. Ce genre de motif simple est vraiment parfait pour débuter dans le matelassage. J’aime ces projets simples et satisfaisants. Je trouve le rendu également très sympa.

coudre matelassage

Pose du biais

J’ai longtemps hésité pour choisir un tissu pour le biais. C’est en effet la dernière étape mais parfois une étape cruciale. J’ai vu des gens passer beaucoup de temps pour cette décision. J’ai opté pour un tissus à pois roses sans grande conviction. Cependant, lors de  la visite d’un magasin de tissus local, je suis tombée sur un tissu de Noël à rayures dorées. Bien que mon quilt ne soit absolument pas sur le thème de Noël, ce tissu criait mon nom. J’ai donc changé d’avis et je ne regrette pas une seule seconde car le rendu est juste parfait.

biais doré

Je crois que j’aurais du acheter des mètres et des mètres de ce tissu. Pour un biais, c’est vraiment top!

DSCF7313

Quilt fini

Et voila le quilt fini. Je me suis empressé de le mettre dans sa chambre. Une fois ce quilt achevé, je me suis dit que j’étais prête à accueillir cette petite puce. J’ai construit la décoration de la chambre autour de ses couleurs. Laura utilise ce quilt tous les jours depuis qu’elle a été transférée dans un petit lit de bébé à barreaux.

quilt de princesse

Malgré tous les changements depuis sa naissance, ce quilt est resté l’élément fixe de sa vie. Je le met dans tous les lits qu’elle a pu utiliser dans nos voyages et nos diverses étapes. Nous l’avions même pris dans l’avion pour notre retour de Nouvelle Zélande afin qu’elle ne se sente pas trop dépaysée. J’ai recommencé l’expérience dans le train pour adoucir la traversée de la France d’Est en Ouest.

quilt doré Laura

Une classe de FMQ avec Angela Walters

Je vous ai présenté ma journée expos/ hall commercial du Carrefour Européen du Patchwork lors de mon dernier article. Je vais maintenant me concentrer sur la journée atelier. Il y avait plusieurs ateliers proposés. La plupart ne m’intéressaient pas mais lorsque j’ai vu le nom d’Angela Walters, j’ai fait un bond de joie. En effet, je suis fan de cette fille! C’est l’une des spécialistes américaines du matelassage moderne. Elle est jeune et a écrit déjà plusieurs livres sur le sujet du matelassage « libre » – dit également « FMQ » (Free Motion Quilting en anglais).

Pour la petite histoire, j’ai gagné quatre de ses livres lors d’un petit concours amical organisé pour les débutants de FMQ. C’était un petit concours sur Instagram qui incitait les quilteurs à s’entrainer régulièrement à faire cette technique. J’ai ainsi quilté un grand quilt avec pas moins de 60 motifs différents. Je vous présenterai ce quilt dans le blog bientôt.

J’aime beaucoup la personnalité d’Angela et je n’ai pas hésité à m’inscrire à son atelier. Angela est très réputée dans le milieu du modern quilting et j’ai vraiment eu de la chance d’avoir une place. J’étais un peu comme une groupie en rentrant dans la salle de classe. Ha!

Blossom quilts et Angela Walters

L’atelier

L’atelier est conçu pour un petit groupe (maximum 10 personnes) pour que chacune puisse utiliser une machine long arm. C’est tout de même incroyable d’avoir ces grosses machines à disposition. J’ai travaillé pour un temps pour une long arm quilteuse en Nouvelle Zélande mais elle n’a jamais voulu que je touche à ses machines. Vous pouvez comprendre mon excitation lorsque j’ai enfin pu en utiliser une.

Atelier long arm quilting

Le groupe de quilteuses était vraiment sympa. Certaines étaient venues de loin pour pouvoir voir Angela. Il y avait notamment une Italienne et une Hollandaise. Nous n’étions que deux à n’avoir jamais utilisé de long-arm machine, toutes les autres avaient un petit peu d’expérience. Il y en avait même quelques unes qui avaient une long arm machine chez elles. Cet atelier s’adressait donc à tout niveau. Angela sait vraiment mettre à l’aise sur les compétences de chacune et elle a surtout à cœur d’encourager les débutantes.

Angela a animé une dizaine d’ateliers sur trois thèmes différents. Le mien était intitulé : « Petits changements, grandes variétés ». Angela nous montrait différentes formes de base du matelassage libre et nous proposait quelques variantes pour obtenir une diversité de motifs impressionnants.

Blossom quilts matelassage

Les exercices

L’atelier était très bien organisé. Premièrement, Angela nous parlait d’une forme et de ses variantes possibles, puis elle nous faisait une démonstration sur une machine et enfin, nous nous exercions sur les machines pendant un petit quart d’heure. Elle avait apporté de nombreux exemples de sa collection personnelle pour nous inspirer.

Matelassage example

Vous pouvez voir sur cette photo un exemple du cours. La forme de base en haut (l’arc de cercle) et quelques déclinaisons possibles. C’est vrai qu’avec un changement simple, on peut obtenir un tout autre motif.

matelassage example arc

Lorsque l’on dit matelassage « libre » ou FMQ, c’est qu’il n’y a aucun traçage sur le tissu. Ce sont les mains qui guident la machine pour créer le motif. Évidemment, c’est assez intimidant, c’est pourquoi il faut beaucoup d’entrainement pour pouvoir se sentir à l’aise. Vous pouvez voir les cercles d’Angela sur la droite et les miens sur la gauche. C’est sur, il me faut encore beaucoup d’entrainement!

exercise long arm quilting

Bilan de la journée

Le bilan de la journée est extrêmement positif. Tout d’abord j’ai pu rencontrer Angela (c’est un peu comme si vous rencontrez votre chanteur préféré). Je n’ai pas été déçue non plus de l’enseignement. Je n’ai évidemment pas de machine long arm à la maison mais l’atelier m’a été fort utile pour m’exercer à imaginer un tas de déclinaisons de motifs différents. C’est très utile lorsque l’on a une baisse d’inspiration. Il suffit d’ajouter un petit élément pour obtenir un tout autre motif. Cela m’a donné envie de faire plus de FMQ. Vous allez donc sans doute en voir plus souvent sur le blog. Ha!

Arizona quilting

Je vous avais partagé mon choix de patron pour la collection « Arizona » de la designer April Rhodes lors d’un article précédent (si vous l’avez manqué, vous pouvez cliquer ici). Après avoir agencé tous les blocs dans l’ordre qui me convient, je passe à la couture du quilt top.

Bloc-quilt-arangement Grâce à la taille des blocs, le quilt top se construit très rapidement. La préparation du quilt sandwich n’est pas évidente quant à elle car le quilt est bien plus grand que la table à manger de notre coloc. C’est tout de même possible en s’y prenant à deux fois.

basting arizona quiltEn temps normal, j’aurais fait appel à ma long arm quilteuse pour quilter ce patch mais j’ai décidé de me lancer dans l’aventure et de tenter le quilting moi même. J’avais une idée précise mais simple pour la réalisation: créer des serpentins rectangulaires à l’intérieur de chaque pièce de tissu.

quilting-machine-rectangleJ’ai utilisé la technique du « Free Motion Quilting » (FMQ ou piqué main libre), c’est à dire que mes mains guidaient le quilt de droite à gauche et de haut en bas pour créer les formes. J’explique cette technique dans cette vidéo: Étape 4: Quilting.

Me voici en plein action en train de quilter. Il est vrai qu’un quilt de cette envergure est bien plus difficile à manier avec une machine domestique. C’est tout de même possible.

quilting-machine-patchworkPour vous donner une idée de la tâche, la section délimitée par le scotch bleu ci-dessous m’a demandé 2H de quilting! Pas moins que cela! Il faut être patient et surtout prendre des pauses car au bout d’un moment on peut avoir des tensions dans les bras et le cou. Il faut se rendre compte également que ce genre de quilting très dense requièrt une somme de fil impressionnante (achetez donc une grosse bobine si vous avec l’intention de faire un quilting dense).

matelassage-patchworkNéanmoins tout ce travail en valait vraiment la peine car j’adore le résultat.

patchwork-francaisNous utilisons ce quilt très fréquemment avec mon mari. On le retrouve sur notre lit en hiver pour faire une couche supplémentaire au dessus de la couette. On l’emmène également en promenade pour les pic-nics en nature ou sur la plage lors des beaux jours.

patchwork-picnic

Comment coudre un quilt? Étape 4 – Le quilting

Cette étape peut être assez intimidante. C’est vrai qu’après avoir passé du temps à faire le quilt top de vos rêves, cela peut être angoissant de prendre le risque. Entraînez vous avec des chutes de tissus et dites vous que vous ne pouvez pas ‘tout gacher’. Au pire si le quilting ne vous plait pas, vous pouvez toujours retirer les points de couture avec un découd-vite.

Il y a aussi l’option de déposer votre quilt chez une ‘long arm quilteuse‘ qui fera le quilting pour vous. Dans ce cas là, vous n’avez pas besoin de préparer le quilt sandwich (Yay !).

Mais n’ayez pas peur, essayer le quilting (peut -être sur des petits projets au départ), c’est une étape très plaisante.

Les outils pour cette étape:

  • Pied piqué main libre (pour le quilting main libre)
  • Pied à double entraînement (pour le quilting ligne droite)
  • Aiguilles pour le quilting (optionnel)
  • Gants pour quilting (optionnel)

pied-a-double-entrainement-pourmatelassage

Une chose importante à noter: je dis dans la vidéo qu’il est important de prendre son temps pour repositionner le tissu ou ses mains. Il faut préciser que lorsque vous vous arrêtez, l’aiguille doit impérativement être en position basse (dans le tissu) avant que vous ajustiez quoi  que ce soit. J’ai une option sur ma machine qui met l’aiguille en position basse à chaque fois que je m’arrête. Si vous n’avez pas cette option, il suffit de tourner le volant (la manette à droite de votre machine) pour baisser l’aiguille.

Cet article a pour but de vous donner un aperçu sur la technique. Il y a tellement plus de chose à dire. N’hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires, je ferai de mon mieux pour répondre à tout le monde. Rendez -vous très prochainement pour la suite: la pose du biais. Dernière étape pour achever son quilt.