Escapade à Paris – l’exposition sur les anciens quilts américains

Dans la newsletter, je vous avais fait part d’une exposition se déroulant à Paris dans la mairie du 5ème arrondissement. Heureusement pour moi, cette exposition se finissait le même weekend que le salon Créations et savoir Faire. J’ai décidé de venir une journée en avance sur Paris pour pouvoir aller voir cette exposition. Et je ne regrette vraiment pas! Il s’agit de quilts traditionnels, certes, mais l’intérêt pour l’histoire du patchwork est vraiment passionnant.

Cette exposition présente la collection personnelle de Charles-Edouard de Broin, un ancien explorateur pétrolier devenu collectionneur de quilts anciens. Charles-Edouard est tombé amoureux de l’histoire américaine à travers les quilts. L’exposition était libre, mais on pouvait également assister à des visites commentées. Je suis restée pour l’une d’elle et c’était vraiment passionnant d’entendre toutes les anecdotes que Charles-Edouard nous comptait au fil de la visite. C’est en effet un véritable passionné qui nous fait partager son amour pour tous ces patchworks. Je vais essayer à mon tour de vous partager ses découvertes.

L’Amérique comme patchwork. Les Etats- Unis au fil de leurs quilts

Les Log Cabin


Charles Edouard est principalement intrigué par les formations de quilts en « log cabin » (cabane de rondins) avec un foyer central et des bouts de tissus qui entourent ce foyer. Charles Edouard s’est intéressé à toutes sortes de variantes avec ce bloc de par la forme et de par les choix des tissus. En effet, si l’on choisit une disposition particulière de tissus clairs et foncés, on peut obtenir des motifs secondaires tout à fait intéressants. 

C’est le cas avec ce quilt complexe (une variation du bloc « pineapple ») aux formes hexagonales. Le choix des tissus forme de nouveaux motifs et il est facile de se perdre en contemplation devant ce projet. Ce projet date de 1870. Il est intéressant de remarquer que tous les tissus utilisés sont précieux (de la soie et du velours).

Cet autre quilt est un exemple plus classique de ce que l’on peut obtenir avec un côté sombre et un côté clair du bloc traditionnel « Log cabin ». Le foyer est traditionnellement représenté en rouge (pour le feu du foyer) ou en noir. Si on prend assez de recul par rapport au projet, on peut alors s’apercevoir des formes secondaires. Si vous êtes intéressée pour coudre un quilt « Log cabin », vous pouvez suivre le tutoriel de ce bloc simple dans le blog : cabane de rondins.

Voici un nouvel exemple de disposition des parties claires et sombres. Charles Edouard nous dit que cette formation représente surement les sillons d’un champ.


Voici un autre quilt « Log Cabin » avec un bloc de base simple mais une disposition beaucoup plus complexe. C’est vraiment amusant de voir toutes les variantes possibles avec un seul et unique bloc de base. Je suis à chaque fois émerveillée par cette polyvalence du patchwork.

Autres quilts ayant attiré mon attention

Je ne suis pas la seule à apprécier la formation de carrés bicolores. Ce quilt est l’exemple parfait de récupération de cette époque. Les tissus utilisés sont très variés et les morceaux très petits.

La personne a toujours respecté un côté clair, un côté sombre mais la disposition reste aléatoire. Charles Edouard s’amuse du manque de précision dans le travail, rendant le projet très moderne. Il y a parfois des lignes entières qui se chevauchent.

Je suis passée devant le projet suivant sans grand intérêt mais l’histoire et surtout la réaction qu’il a provoqué dans l’assistance m’a beaucoup amusée. Il s’agit d’un petit quilt pour bébé datant de 1875. 

C’est un quilt tout à fait classique avec des bloc « Nine Patch » positionnés sur la pointe. Cependant, il a la particularité d’avoir été assemblé à la main et matelassé à la machine ! Du matelassage machine à cette époque, vous vous imaginez ? Cela a offusqué une dame de la visite.

Vers la fin de la visite Charles Edouard nous a présenté un quilt tout à fait fascinant. Il s’agissait des tous premiers « Crazy Quilts ». Celui en sa possession est tout à fait extraordinaire de par les tissus précieux utilisés et les points de broderie complexes représentés. Je n’ai malheureusement pas pris de photo de cet ouvrage. Par contre, ce qui m’a beaucoup amusé, c’est de tomber sur une publicité tout à fait à propos à l’arrêt de bus après avoir quitté l’exposition :

Il s’agit d’une publicité pour la dernière collection femme Automne/Hiver 2018 de Ralph Lauren (crédit photo: site Ralph Lauren). Ces deux robes sont tout à fait dans le thème de l’exposition de Charles-Edouard de Broin avec le crazy patch et le drapeau américain !

Conclusion

Voici pour mon expérience sur l’exposition « L’Amérique comme patchwork. Les Etats unis au fil de leurs quilts ». Je ne visite pas souvent des expositions de patch et je dois dire que celle-ci m’a beaucoup plu. Les anecdotes et histoires du collectionneur sont un atout considérable pour l’intérêt de cette exposition. Charles-Edouard est un véritable passionné et aime partager ses coups de cœurs et trouvailles avec le public. Il n’est pas avare de son temps et de ses connaissances. Si vous le croisez, je suis sûre que vous pouvez entamer facilement une discussion tout à fait passionnante avec lui.

17 Commentaires

  1. Deblieux

    Un tres grand merci pour ce comipte-rendu de votre visite. On y ressent votre passion pour le sujet!
    Je n ai jamais entrepris de grand ouvrage en log cabin. Vous me donnez envie de commencer. De plus cela utilisera mes tissus restant d’ouvrages précédents.
    Encore merci ainsi que pour tous vos articles.

    Réponse
    • Alice

      Merci beaucoup. Cela réchauffe le coeur de savoir que les articles plaisent.

      Réponse
  2. la tulipe

    Merci Alice pour ton article, pour les photos et les commentaires. le log cabin est fascinant! Merci d’avoir montré ce quilting machine fait en 1875. C’est un bon rappel du côté pragmatique et de l’adaptatabilité des Américaines ;-)

    Réponse
    • Alice

      Exactement, je ne m’attendais pas à voir du quilting machine avant 1900. Quelle belle surprise !

      Réponse
  3. Claudine G

    Merci pour ce beau reportage, une amie a eu la chance d’y aller et était enchantée de sa visite !

    Réponse
    • Alice

      Merci Claudine pour le clin d’oeil dans ton blog :-)

      Réponse
  4. elisabeth françois

    merci Alice,
    quel talent
    tous ces patchs sont magnifiques mais tristes,peut être est ce pour cela qu’ils dégagent une certaine profondeur .
    c’est un avis personnel
    merci encore de ces magnifiques photos
    très bon Noel à vous
    Elisa

    Réponse
    • Alice

      Merci Elisa. Je pense qu’ils sont tristes car c’est les tissus de l’époque. On reproduirait les même avec des tissus actuels et ils retrouveraient du peps. Ça me donne envie d’essayer.

      Réponse
  5. Josée Jacrot

    Merci Alice
    Merci d’avoir partagé ton escapade, trés interressante , ce sont des patchs qui ne laissent pas indifférentes les patcheuses que nous sommes et surtou t lorsque nous les regardons il ya un mélange d’émerveillement, de tendresse et aussi beaucoup d’admiration, pour la dextérité de ces personnes qui n’avaient pas les moyens que nous avons aujourd’hui .Chapeaux bas mesdames et aussi peut-être messieurs .
    JJ

    Réponse
    • Alice

      C’est vrai. Je ne sais pas encore comment mettre des mots sur ce sentiment mais en regardant ces ouvrages, j’ai l’impression de faire partie d’une lignée. De continuer la tradition avec mes moyens modernes.

      Réponse
  6. Babeth-Lili

    Merci pour le partage. C’est toujours très intéressant d’en savoir un peu plus sur l’histoire du patchwork et des quilts.

    Réponse
    • Alice

      Exactement Babeth,j’adore toujours en connaitre davantage sur ces belles histoires du passées.

      Réponse
  7. Sylviane17

    Bonjour Alice,

    Merci pour ce reportage, j’ai déjà eu l’occasion de voir des patchs de cette collection et de discuter avec ce monsieur passionné, je trouve toujours cela extraordinaire. N’ayant pas la chance d’avoir pu aller à Paris c’est sympa de nous faire profiter de ta visite et de tes commentaires. Moi aussi je suis fascinée par ce que l’on peut faire en patchwork en changeant les couleurs des tissus et la disposition des blocs. Bravo pour nous avoir montré un petit patch quilté machine il y a si longtemps et tant pis pour la dame qui était offusquée…comment comprendre cette réaction devant des femmes qui ont fait avec le temps et les matériaux dont elles disposaient…oui chapeau bas mesdames et peut-être messieurs. Bonne journée.

    Réponse
    • Alice

      Bonne journée Sylviane et merci pour le commentaire. Cela m’encourage à écrire davantage sur des expositions.

      Réponse
  8. Marie Christine

    Un vrai plaisir de découvrir cette expo à travers tes photos; Quand on ne peut pas y aller, on en profite quand même un peu. J’aurai bien aimé voir le crazy, une technique que j’aime particulièrement;

    Réponse
    • Alice

      Oui, je suis désolée Marie-Christine. Je ne sais pas pourquoi je n’y ai pas pensé, je devais être absorbé par les explications de Charles Edouard :-)

      Réponse
  9. Lecomte

    Merveilleuse expo merci à vous

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.