Laura et le patchwork – par Muriel Gendreau

Devinette : savez-vous qui est cette dame ?

Non, ce n’est pas un auteur britannique de romans policiers!
Une autre photo quand elle était plus jeune. Est-ce que cette
fois son visage vous dit quelque chose ?

Toujours pas ? Bon, et là, vous la reconnaissez ?

Pourquoi vous parler de Laura Ingalls Wilder ?

Parce que pour le Noël de mes dix ans, j’ai reçu toute la série de ses souvenirs de jeunesse : La Petite Maison dans la Prairie. Je les ai lus et relus inlassablement depuis, avec toujours le même plaisir.

Bien loin de la série télé à l’eau de rose, Laura y raconte leur rude vie de pionniers : la cabane de rondins ou de planches, les hivers à – 40° C, le blizzard, les tornades de l’été, les crues de printemps, les invasions de sauterelles, les guerres Indiennes, les multiples déménagements avant de se fixer dans le Dakota, les démêlés avec Nelly Oleson…

Elle évoque sa première poupée, un épi de maïs enveloppé d’un mouchoir, qui ressemblait un peu à ça. Mais Laura ne s’en plaignait pas, c’était une bonne poupée… Jusqu’à ce qu’elle soit détrônée par Charlotte, une poupée de chiffons reçue pour le Noël de ses quatre ans.

Laura et la couture

Les séances de couture tenaient une grande place dans la vie quotidienne et sont très présentes dans les livres : couleurs des tissus, forme des boutons, détails des galons… Et bien sûr, la confection des courtepointes en patchwork !

Marie cousait une courtepointe en neuf morceaux – dixit les traductrices – et je trouvais, du haut de mes dix ans, qu’elle ne se foulait pas beaucoup: coudre neuf pièces ensemble, c’est vite fait, non?

Quant à Laura, elle faisait une courtepointe à motif de patte d’ours, que j’imaginais un peu comme ça:

J’ai mieux compris dix ans après, en achetant mes premiers livres de patchwork, pourquoi les coutures en biais étaient délicates à réaliser…

Puis Marie est remontée dans mon estime quand j’ai découvert ce qu’était réellement le Nine Patch!

Depuis, j’ai même eu l’occasion de rencontrer cette charmante peste de Nelly Oleson. Mais c’est une autre histoire !

Pour mieux connaître la vraie histoire de Laura, c’est ici ou .

Merci Muriel ! Vous pouvez la retrouvez sur son blog : Verveine et Lin.

9 Commentaires

  1. Katell

    Merci Muriel pour ce souvenir qui a tant compté dans ta vie… et celle des milliers d’autres petites filles !

    Réponse
  2. Christine cplm

    Sympa cet article !

    Réponse
  3. joelle91

    ce feuilleton a bercé l’enfance de beaucoup de jeunes………merci d’avoir mis les liens pour nous rafraichir la mémoire quand aux conditions de vie…..

    Réponse
  4. Jeanine

    J’ai d’abord cru que c’était un article sur ta fille et le patchwork !
    Ayant également lue toute la série quand j’étais petite (8 ou 9 ans) et puis relue beaucoup plus tard avec autant de plaisir en réalisant que c’était une vraie description d’une époque pas si facile que ça. En plus je n’ai jamais vue la série à la télé ce dont je ne me plains pas.
    Une très bonne idée cet article ! Merci beaucoup

    Réponse
    • Verveine

      Laura est née exactement cent ans avant moi, et elle est morte à soixante-seize ans: c’est ahurissant de penser à tous les changements qu’elle a pu connaitre sur le plan technologique au cours de sa vie!

      Réponse
  5. Marie Christine

    Je ne connaissais pas le livre, je vais suivre les liens; Merci à Muriel et à toi…

    Réponse
  6. Mamounette

    Mercî Muriel…
    Belle et douce journée

    Réponse
  7. fanny broderie

    Ah que de souvenirs cette saga. ….on s’échangeait les livres entre cousines. …et le feuilleton un grand moment, avec ma soeur nous guettions celle qui verserait sa petite larme en premier. ..

    Réponse
  8. Giovinetta/Geneviève

    MErci Muriel pour cette illustration de tes ouvrages de façon chronologique et avec le rappel de ces ouvrages de LAura…
    Je les ai bien sûr dans mon bureau (encore pour un an) et lis souvent des extraits aux enfants à NOël surtout…
    je me souviens de LAura et sa soeur piochant dans leurs mitaines et bouts de châle pour en confectionner des cadeaux de Noëlpour leur mère…

    Tout e qui nourrit nos envies et savoir-faire

    Et bonne continuation à la nouvelle maman

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.