Les quilts libérés par Katell Renon

Les quilts libérés – par Katell Renon

Je remercie vivement Alice de me convier sur son blog ! C’est un retour de politesse que je ne pouvais manquer. Car Alice avait eu la gentillesse d’écrire pour mon blog La Ruche des Quilteuses il y a quelques année.

Je crois qu’elle ne m’en voudra pas si je vous présente une catégorie de quilts un peu bizarres : les quilts libérés !

Ce quilt de Gwen Marston est très traditionnel, quilté à la main, aux couleurs de prédilection des Amish.
Mais regardez les blocs complètement libérés !

Le patchwork est majoritairement fait de droites et d’angles concordants. Tout décalage d’un millimètre est une erreur sauf pour les quilteuses indisciplinées. Elles existent depuis toujours, certaines pour une raison vitale, considérant que l’hiver approchait trop vite pour refaire un bloc imparfait : il fallait mettre d’urgence sa famille au chaud !

De nos jours c’est plutôt un parti-pris. Je suis fière de faire partie de ces petites rebelles qui ne s’inquiètent pas des concordances de coutures. Pour beaucoup c’est incompréhensible, pour moi c’est une liberté chérie héritée de Gwen Marston, qui apprit la couture enfant de manière très traditionnelle chez des Mennonites.

Elle se passionna plus tard pour le patchwork et découvrit sur des quilts anciens des erreurs, des fantaisies, des libertés qui ne rendaient pas l’ouvrage laid mais qui, au contraire, leur donnaient un esprit touchant. Ce fut une révélation et Gwen révolutionna la vision des quilts qui ne sont pas parfaits.

Parfaitement imparfaits, c’est ce que revendiquent ces rebelles !

Gwen et un de ses quilts

Que cela m’apporte-t-il de ne plus m’inquiéter de la perfection ? Très sincèrement, de la jubilation quand je crée un top ! C’est par excellence une activité anti-stress. Cette liberté m’a permis de découvrir la joie de la création, l’expression par les tissus.

Pourtant mes quilts ne sont pas extraordinairement bizarres. J’ai entraîné mes copines Abeilles, voici par exemple un quilt fait récemment ensemble :

Pierrot Gourmand : ses carrés bicolores sont parfaitement irréguliers.

Même si j’ai apprécié l’influence d’autres artistes, c’est certainement Gwen Marston qui m’a le plus apporté. Elle est sans doute méconnue en France car aucun de ses livres n’a été traduit.

Lorsque j’ai commencé à écrire mon livre BeeBook*, sans hésitation j’y ai décrit longuement ce style de patchwork que j’aime. Malheureusement, Gwen a quitté ce monde en avril. Jamais je n’aurai la joie de lui offrir un exemplaire, mais elle était très heureuse de ce projet de parution.

Toutes les quilteuses modernes américaines connaissent l’approche de Gwen, même si ce n’est pas la leur. Des milliers de stagiaires sont devenues libérées à son contact, rendant leurs quilts plus proches de l’art abstrait pictural.

Gwen Marston restera au firmament des quilteuses pour sa contribution à l’art du patchwork et pour la personne qu’elle était, pour sa gentillesse, sa modestie et son sens de l’humour !

Mini-quilts de Gwen

Et vous, vous sentez-vous un peu rebelle ?

*BeeBook, Katell Renon, Éditions France Patchwork. En vente à partir du 15 juin 2019, 29,50 € sur le site France Patchwork et dans les Salons.

4 Commentaires

  1. soulestin

    J.ai commandé ce hier hier, il était temps et j’espère le récupérer au festival du lin en juillet à Bourg le Dun.
    J’adore ce genre d’ouvrages que je mets dans la rubrique des quilts modernes.
    Comme j’aimerais être dans le club comme le votre.
    Bonne journée

    Réponse
  2. soulestin

    J’aurai du relire mon message avant de l’envoyer.
    Excuser moi pour les erreurs

    Réponse
  3. joelle91

    c’est un bel article, merci à vous deux; les quilts” libérés ” ont du charme mais je n’arrive pas à me passer des règles (les outils….) pour faire mes ouvrages! j’ai certainement du travail à faire sur moi, hi, hi, pourtant je ne suis pas classique! houla, je suis compliquée….bon courage à Alice, les derniers jours paraissent les plus longs mais il va pointer le bout de son petit nez bientôt, ce petit garçon!

    Réponse
  4. Verveine et lin

    Rebelle, pas forcément… Mais je me refuse à refaire un bloc au moindre décalage. L’harmonie d’ensemble ne s’en ressent généralement pas. Et puis je suis très touchée par certains ouvrages anciens: leurs boiteries ou leurs cicatrices témoignent simplement des difficiles conditions de leur naissance !

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.